Origine du mot Safran

 « Safran » vient du Perse « za’faran » qui signifie « jaune » (couleur obtenue par la teinture végétale qu’on en extrait).

Le nom botanique de cette plante est Crocus Sativus, qui signifie filament, allusion aux stigmates longs et fins.

En Grèce, un mythe divin raconte l’origine du Safran.

« Crocus était un jeune homme très beau, amoureux de la nymphe Smilax et ami d’Hermès, dieu des marchands et des voleurs.

Un jour, pendant une partie de lancer de disque, Crocus fut tué accidentellement, frappé en pleine tête par le disque lancé par Hermès.

Trois gouttes de sang coulèrent de sa blessure, sur le sol. C’est alors qu’une petite fleur mauve apparut , et qui depuis porte son nom. La fleur de Safran devint alors, le symbole de la vie et de la résurrection. »


Etre un consommateur averti

 

Le Safran est une épice rare et chère. C’est en séchant l’extrémité rouge du pistil du Crocus sativus, qu’on obtient cette épice.

Sa culture et sa transformation sont entièrement manuelles et très respectueuses de l’environnement.

Sa rareté en fait une des plus chères  épices au monde. Vu son prix élevé, il y  a toujours eu des fraudeurs et des produits de remplacement.

 

  • Le Safran peut se consommer pendant 2 à 3 ans.
  • Son conditionnement doit, si possible, maintenir la précieuse épice à l’abri de la lumière et de l’humidité.
  • Les stigmates doivent être d’un rouge sombre, longs de 2 à 3 cms, fins et évasés à leur extrémité.
  • La poudre de Safran est fréquemment fraudée par l’adjonction de style blanc, racines, barbes de maïs, paprika, curcuma, sable, brique pilée, …
  • Se méfier des “bonnes affaires”, un safran vendu à bas prix est suspect.

Les vertus du Safran

 Le Safran est à la fois une épice et un colorant utilisé en pharmacopée, art culinaire, teinture textile et corporelle, calligraphie, peinture, fresques, parfumerie, littérature, magie, culte, décoration …

 

Les vertus du Safran sont connues dès l’Antiquité ; elles seront citées par Homère, Pline l’Ancien, Quinte-Curce et Virgile, puis Hippocrate et Avicenne.

 

Le Safran apparait dans le papyrus d’Ebers qui est le plus ancien traité médical connu, datant de 1550 avant Jésus-Christ, dans lequel il possède son propre hiéroglyphe !

Le Safran était alors utilisé pour ses propriétés médicinales.

La fleur de santé entrait dans plus de 30 recettes médicinales

 

Les égyptiens et les Hébreux l’utilisaient à des fins culinaires et pendant les fêtes. Lors des cérémonies religieuses, on brûlait du Safran pour purifier les sanctuaires et attirer les bons esprits. Les bandelettes des momies étaient teintes au Safran !

 

Cléopâtre utilisait des huiles parfumées pour séduire ses amants. La 1ère véritable eau de toilette, le Kyphi, était composée de résine de térébinthe, de  joncs odorants, de souchet, de Safran, de cannelle, de raisins secs, de vin, de myrrhe et de miel.

 

 Les pouvoirs attribués au Safran au fil des siècles, sont divers et variés : antidépresseur, aphrodisiaque, il soigne le foie, atténue les effets du vin, stimule la digestion, calme les douleurs oculaires et les insomnies, apaise le symptôme menstruel chez la femme.

Le Safran soulage les douleurs des poussées dentaires des jeunes enfants, en frottant les gencives avec des stigmates de Safran.

 

Un autre bienfait tout aussi étonnant :

Le Safran réconforte et dispose à la joie !

Le Safran est source de bonne santé et de jeunesse éternelle !

 

Ces informations vous sont données à titre strictement historique et culturel. Pour votre santé, veuillez suivre les conseils de votre médecin.